Accueil > Chroniques > Emploi et formation > Une entrevue de sélection gagnante !

Une entrevue de sélection gagnante !

Par Kathleen Grenier ce 27 juin 2011 à 13h22

Tout le monde le dit, « on n’a souvent pas deux chances de faire une première bonne impression » et dans le contexte d’une entrevue d’embauche cette maxime se révèle particulièrement vraie. Il semble en effet que les 5 premières minutes de l’entretien soient les plus déterminantes pour évaluer la personnalité d’un candidat et qu’il faille de 15 à 20 minutes pour retourner la situation si l’on donne une mauvaise impression. Alors, comment briller en entrevue ? Voici quelques conseils pour vous aider à bien vous préparer à cette importante rencontre.

La compétence.... mais la personnalité aussi

Lorsqu’on est convoqué en entrevue, cela signifie généralement que l’employeur croit que nous possédons les qualifications nécessaires pour le poste. Il lui reste alors à valider si, concrètement, nos expériences professionnelles et notre personnalité correspondent au profil qu’il recherche et pour cela, il faudra le convaincre. « Savoir se vendre », c’est donc être capable de faire valoir nos expériences de travail, compétences, aptitudes et qualités, et ce, sans tenter d’embellir la réalité. Après tout, gardez toujours en tête qu’une fois en poste, vous devrez quand même « livrer la marchandise promise », c’est-à-dire démontrer à l’employeur que vous possédez réellement les qualités et aptitudes que vous avez fait valoir.

La préparation à l’entrevue

Pendant l’entrevue, l’employeur doit pouvoir ressentir l’intérêt du candidat pour l’entreprise. On doit être capable d’expliquer à l’employeur pourquoi on souhaite travailler dans son entreprise. En fait, les employeurs se plaignent souvent que les candidats n’ont pas pris le temps de se renseigner sur l’entreprise dans laquelle ils postulent. Avant une entrevue, on devrait donc se documenter en faisant appel à un contact à l’interne, en consultant le site Internet de l’entreprise, des dépliants corporatifs ou des répertoires d’entreprises. Cette précaution vous évitera aussi de vous retrouver sans le mot aux questions « Pourquoi souhaitez-vous travailler dans notre entreprise ou que pensez-vous pouvoir apporter à notre entreprise ? ».

Voici quelques questions auxquelles vous devriez vous tout de même préparer pour bien performer à l’entrevue d’embauche :

Parlez-moi de vous ?

Cette question qui surprend généralement les candidats par son caractère plutôt vague et imprécis est souvent utilisée par les employeurs pour amorcer la discussion en début d’entrevue. Malgré l’inconfort qu’elle génère parfois chez le candidat, elle lui laisse l’opportunité de se présenter comme bon lui semble, ce qui est plutôt positif. Pour aider mes clients à structurer leur réponse à cette question, je leur suggère de développer brièvement autour des trois thèmes suivants : leur formation (si pertinente), leurs expériences de travail et leurs qualités.

Quels sont vos points faibles ou vos défauts ?

Plusieurs personnes semblent éprouver des difficultés lorsqu’on leur pose cette question. Certains sont alors tentés de dire qu’ils sont trop perfectionnistes ou encore, de transformer un défaut en qualité. Plutôt que de tenter de tourner la question à son avantage, il est préférable d’exposer ses véritables faiblesses tout en montrant à l’employeur que l’on a pris les moyens nécessaires pour y remédier. Par exemple, une personne qui a de difficulté à gérer son temps pourrait expliquer à l’employeur qu’elle y parvient bien lorsqu’elle note ses tâches dans son agenda. En fait, l’employeur qui pose cette question cherche surtout à s’assurer que les défauts du candidat n’entreront pas en conflit avec le poste. Gardez finalement en tête que les employeurs ne recherchent pas une personne parfaite, mais plutôt quelqu'un qui est bien dans sa peau, c’est-à-dire qui à l’aise avec ses qualités et ses défauts.

Quel salaire désirez-vous ?

Généralement, il est mal vu que le candidat aborde cette question avant la fin de l’entrevue. Toutefois, si l’employeur vous pose la question, vous devez pouvoir y répondre. Au préalable, il est important de connaître « sa valeur sur le marché », c’est-à-dire de pouvoir évaluer le salaire que l’on est en droit de demander en fonction de nos connaissances, compétences et expériences. Une bonne façon de répondre à cette question est de donner un écart de salaire raisonnable et assez large et de le justifier en fonction des éléments précédemment mentionnés. Par exemple, si l’on souhaite gagner 12 $ de l’heure, on peut dire à l’employeur que compte tenu de notre formation et de nos années d’expérience, on s’attend à gagner entre 11 et 14 $ de l’heure. Évidemment, il faut se montrer flexible, prêt à négocier, voire même à faire des compromis au risque d’être hors course. Dans le jeu de la négociation, n’oubliez pas aussi qu’il y a d’autres aspects que le salaire à considérer. Par exemple, un emploi à deux pas de chez vous peut représenter un bel avantage non monétaire.

Enfin, si une question vous amène à parler de vos échecs, de vos mauvaises expériences ou de vos références, il est important de ne pas dénigrer vos anciens employeurs. Par exemple, si vous devez parler d’un congédiement, il est important de faire preuve d’humilité et d’expliquer le plus honnêtement possible les raisons de votre mise à pied. Encore ici, il est de mise de préciser à l’employeur que l’on a appris de nos erreurs passées. Enfin, sachez que la façon dont vous parlez du sujet (avec hésitation ou avec confiance) ainsi que le ton que vous prenez peut faire la différence dans l’opinion que se forgera l’employeur.

Avez-vous des questions ?

Prévoyez quelques questions à poser à la fin de l’entrevue, par exemple sur les responsabilités reliées au poste, sur l’horaire de travail, etc. Cela démontrera votre motivation et votre intérêt pour l’entreprise. N’oubliez pas de demander à l’employeur quand il prévoit prendre sa décision afin de savoir quand effectuer votre suivi ou votre relance.

Kathleen Grenier, c.o.
conseillère en emploi
Collaboration de Émilie Giguère
Stagiaire en orientation
Tandem International
(418) 397-8067

emploi, entrevue, embauche, tandem international

Commentaires des lecteurs (0 commentaires)

Évaluation publique de la chronique
La chronique a présentement une cote de 0 / 5
Ajoutez votre commentaire

(Ne sera pas publiée)

Pas encore inscrit sur www.EditionBeauce.com?

Inscrivez-vous ici en quelques minutes, rejoignez le réseau qui vous en donne plus.

Les plus actifs seront sollicités pour des concours, promotions et évènements.

Inscription

Notre expert

Tandem International


Saint-Joseph-de-Beauce
Tél. : (418) 397-8067


Kathleen Grenier

En savoir plus sur moi
 

Mes dernières chroniques


Répertoire des entreprises

 
Frédéric Dion-Morisset
799, rue des Sources
Saint-Elzéar, Québec G0S 2J0
(418) -956-6393
 
Louise Bilodeau Courtier Immobilier
698, rang St-Pierre
Saint-Frédéric, Québec G0N 1P0
(418) 426-5221

Le coin des experts