Accueil > Chroniques > Golf > Portrait d’un vrai de vrai

Portrait d’un vrai de vrai

Par Michel Boissonneault ce 27 mars 2012 à 14h52
Crédit Photo : Michel Boissonneault
Denis Patoine

Le poste de surintendant pour un club de golf est d’une extrême importance. La responsabilité de la qualité du terrain lui incombe tout autant que celle de Dame nature… Il doit gérer le personnel, composer avec un budget serré alloué par le club, planifier les travaux d’entretien, bref voir à ce que tout soit parfait ou presque… Nous avons rencontré Denis Patoine qui occupe cette fonction au Club de golf Bellechasse inc.

Cet homme, pour qui l’entretien d’un terrain n’a plus de secret, est un des fondateurs du Club de golf Dorchester (1979) où il supervisait les travaux.

Ayant suivi une formation à l’Institut technique agricole de Saint-Hyacinthe, Denis est membre de l’Association des surintendants de golf du Québec. 

Sa notoriété dépasse largement le golf de Bellechasse sur lequel il a travaillé pour le compléter en 1989. Il a également supervisé la construction des clubs de golf Mont Sainte-Anne, Saint-Féréol, Lac-Etchemin, Lotbinière. Il s’est de plus chargé de construire les verts du Golf du Moulin (Saint-Benoît-Labre) et a agi comme consultant pour les verts de Saint-Pamphile!

Depuis 2002, Denis a confié sa place à son fils Vincent tout en poursuivant minutieusement son travail à l’actuel Club de Bellechasse dont il nous parle avec fierté, et pour cause…Tôt les matins d’été, nous le retrouvons jour après jour s’affairant à améliorer tantôt les allées tantôt les verts et saluant toujours avec son immense sourire les golfeurs de la première heure… de qui il est vraiment apprécié.

Déjà en mars, alors que l’hiver tire à sa fin, il s’occupe de dégager les verts et d’enlever les clôtures à neige afin de préparer le terrain pour la nouvelle saison alors que les pentes de ski sont encore bondées!

Questionné sur les améliorations techniques récentes… après réflexion, il nous révèle que la plus grande révolution est un régulateur de croissance pour que les verts poussent moins rapidement. Ainsi, leur longueur demeure pratiquement la même du matin au soir, rendant le jeu plus uniforme. Denis se fait un devoir de gérer de façon parcimonieuse les herbicides tout en réussissant à conservant le terrain impeccable année après année.

Comme golfeur, il confesse avoir 10 de handicap.

La question qui tue : « Quel est le beau trou de golf en Chaudière-Appalaches? ». Pendant plusieurs secondes de réflexion…, il parcourt mentalement les terrains et déclare : « Lac-Etchemin, au par 3 qui est une île. Un vrai beau trou! » Puis il ajoute : « J’en ai fait aussi un magnifique en République Dominicaine où 10 trous étaient en bordure de mer. C’était fantastique! »

Parions que Denis Patoine passera encore plusieurs heures à parcourir les terrains de golf et demeurera une référence en matière d’entretien de ces grands espaces tout en continuant d’élargir son réseau d’amis…

golf, Denis Patoine, surintendant, Club de golf Bellechasse

Envoyer à un ami Imprimer

Commentaires des lecteurs (1 commentaires)


 
 
29 mars 2012 à 13h20
Excellent article de fond Mike !!! On en veut d'autres !! BOn succès à toi mon passionné...
Évaluation publique de la chronique
La chronique a présentement une cote de 0 / 5
Ajoutez votre commentaire

(Ne sera pas publiée)

Pas encore inscrit sur www.EditionBeauce.com?

Inscrivez-vous ici en quelques minutes, rejoignez le réseau qui vous en donne plus.

Les plus actifs seront sollicités pour des concours, promotions et évènements.

Inscription

Notre expert

Édition Beauce


234, rue Baronet
Sainte-Marie
Tél. : (418) 387-1205


Michel Boissonneault
Chroniqueur golf
En savoir plus sur moi
 

Mes dernières chroniques


Répertoire des entreprises

 
Club de Golf Dorchester
29, Route 275
Frampton, Québec G0R 1M0
(418) 479-5589
 
Moto Route 66
66-1083, boul. Vachon Nord
Sainte-Marie, Québec G6E 1M8
(418) 387-8066

Le coin des experts