Accueil > Nouvelles > Actualités > De l'influence politique aux menaces de mort

A-73 : La polémique des tracés

De l'influence politique aux menaces de mort

Par Éric Gagnon Poulin ce 30 mai 2011 à 11h11
Josée Bilodeau
Crédit photo : Éric Gagnon Poulin
Josée Bilodeau

En Beauce, tout le monde s'entend sur le fait que l'autoroute 73 doit finir par se rendre à Saint-Georges et éventuellement à Boston. Maintenant, deux clans se battent sur le choix du tracé à emprunter pour relier Beauceville et Saint-Georges : Solidarité Autoroute 73, en faveur du tracé Est et les Partisans du tracé Ouest représentés par Josée Bilodeau.

Qu’est-ce qui devrait primer dans ce débat ? Quels résultats les Beaucerons veulent-ils ? La réponse est claire, nette et précise : l’autoroute, le plus rapidement possible. Ce n’est pas ici que les idées divergent. Le groupe Solidarité Autoroute 73 veut à tout prix que le gouvernement libéral de Jean-Charest réussisse à faire adopter la loi 2 qui imposerait le choix de tracé Est et, par le fait même, éviterait au gouvernement de défendre l’appel qu’il a interjeté devant la Cour d’appel du jugement de la Cour supérieure; lequel déclare que le gouvernement a violé la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles du Québec en imposant par décret le tracé Est. Solidarité Autoroute 73 prétend que le tracé Est est celui qui aurait le moins d’impact sur l’environnement agricole, le moins coûteux, car il serait plus court (7,7 km versus 8,5 km), plus sécuritaire et serait la solution la plus rapide pour en finir avec ce projet.

C’est maintenant que les idées s’opposent diamétralement. Selon Josée Bilodeau, porte-parole des Partisans du tracé Ouest, les données et les arguments de Solidarité Autoroute ne représentent pas la réalité. Elle parle même de manipulation de l’information. « Au départ, le mouvement Solidarité Autoroute voulait l’autoroute, maintenant ils ne militent plus pour l’autoroute, mais pour le tracé Est », affirme-t-elle. Elle se demande pourquoi on ne veut pas entendre ses arguments.

Les membres de Solidarité Autoroute soutiennent que de choisir le tracé Ouest pourrait retarder le projet d’encore plusieurs années. Pourtant, le tracé Ouest serait plus avancé selon Mme Bilodeau. : « Je ne sais pas pourquoi ils s’obstinent à ne pas le croire, pourtant j’ai déposé les plans détaillés d’emprises », chose que le tracé Est n’a pas encore (Plans détaillés d’emprise 75-32-452 et 622-75-32-453 ). Enfin, s’ils existent, ils auraient été produits, selon les Partisans du tracé Ouest, de façon illégale. Pour réaliser ces plans, une période d’environ deux ans est nécessaire. « Du côté Est, ils en sont encore à l’étape de l’arpentage sur les propriétés des gens qui ont consenti », ce que Josée Bilodeau et d’autres propriétaires n’ont pas fait, affirme-t-elle. Donc, il serait impossible de faire les plans détaillés d’emprises. « Ils ne pourraient pas arriver avec les bulldozers ici, comme ils le disent », explique Josée Bilodeau. Selon elle, ce n’est pas vrai que les choses iraient plus vite avec le tracé Est, car il faudrait d’abord arpenter, réaliser les plans et ensuite signer le décret d’expropriation. « Pourtant, le tracé Ouest est prêt, décrété, autorisé, arpenté et les plans sont faits », dit-elle. En effet, il a été autorisé par la Commission de protection du territoire agricole du Québec en 1988 (CPTAQ) et le décret d’expropriation a été signé en 1981 par René Levesque (Décret 923-81). Depuis 1976 puis renouvelées en 1978, des réserves avaient été imposées aux propriétaires situés sur le tracé Ouest, c’est-à-dire que toute construction, rénovation ou amélioration de leur propriété n’aurait pas été indemnisé par le gouvernement au moment de l’expropriation (Plans de réserve 2923-73).

En 2004, suivant les dires des représentants du ministère des Transports du Québec, Josée Bilodeau croyait que les deux tracés étaient à l’étape de brouillon. C’est totalement par hasard, en étudiant les archives de la CPTAQ qu’elle s’est rendu compte que le tracé Ouest avait déjà été autorisé en1988. Les partisans du tracé Est affirment que ce dernier serait plus court, donc moins coûteux. Ce fait constitue un de leurs arguments importants dans cette joute politique. Selon les partisans du tracé Ouest, il s’agirait de pure démagogie. D’après les données relatives à la superficie des deux options, il est vrai que le tracé Est est plus court. Par contre, il occuperait une superficie plus grande, soit de 162 hectares du côté Est, comparativement à 129 hectares du côté Ouest, selon les données du ministère des Transports

Le 11 novembre 2009, le PLQ impose un décret ministériel (1180-2009) pour le dézonage du secteur Est. « On allait prouver que le tracé Est n’était pas celui de moindre impact en matière agricole. Le gouvernement savait qu’il allait perdre, alors il a déposé un décret un mois avant la prochaine audience devant le Tribunal administratif du Québec (TAQ) », scande Mme Bilodeau. Les partisans du tracé Ouest ont réussi à invalider ce décret devant la Cour supérieure du Québec le 3 novembre 2010 (200-17-012380-093), mais le projet de loi 2 vise justement à l’imposer. « C’est la CPTAQ qui aurait dû trancher le débat, mais le gouvernement nous en a empêchés », déplore Mme Bilodeau.

« Le gouvernement a décidé d’essayer d’imposer une loi spéciale plutôt que d’aller défendre ses arguments devant la Cour d’appel. Si le gouvernement n’avait pas décidé d’aller en appel du jugement de la Cour supérieure, il aurait dû faire face au Tribunal administratif du Québec et qu’il prouve que son tracé était de moindre impact, mais il n’en est pas capable », ajoute-t-elle. La militante se demande s’il est encore possible d’utiliser les instances démocratiques du Québec ou si le gouvernement peut simplement implanter son projet comme il le veut, où il le veut, sans devoir prouver que c’est un bon projet. « Nos élus se prétendent experts et font fi de nos institutions. Robert Dutil ne voulait même pas qu’il y ait de commission particulière sur son projet de loi, le maire Carette ne voulait pas d’audience du BAPE », évoque Mme Bilodeau.

Certains sont prêts à aller très loin pour défendre le tracé Est, jusqu’à faire des menaces de mort. En 2010, en réaction à leur victoire en Cour supérieure, Josée Bilodeau recevait un appel téléphonique anonyme. L’individu en question menaçait de la tuer si elle continuait à militer pour le tracé Ouest. La police a réussi à retracer l’appel, la personne a coopéré avec la police et a avoué son crime. Le 5 novembre 2010, Josée Bilodeau et son conjoint, Pascal Veilleux, étaient menacés de voies de fait sur leur propriété par l’entremise d’une radio locale et une seconde fois par téléphone.

À l’opposé de ce que l’on peut penser, Mme Bilodeau et les Partisans du tracé Ouest reçoivent des mots d’encouragement de leur entourage. « On m’accroche en ville et on me dit de continuer. Les gens sont très respectueux de ce qu’on fait, de la bataille que l’on mène, contrairement à la médisance qu’on entend sur nous dans les médias », défend-elle.

Pendant que la Beauce tergiverse sur son choix de tracé, d’autres en profitent bien selon Mme Bilodeau. « On change de tracé, ça donne des contrats à des firmes. On étudie un peu à gauche, un peu à droite. On refait des plans, l’arpentage et ils redonnent des contrats », dénonce-t-elle. Effectivement, ces études coûtent extrêmement cher aux contribuables. Par exemple, la réalisation des plans d’emprise pour un 6 km à Notre-Dame-des-Pins a coûté 250 000 $, seulement pour les plans.

Finalement, ce que Mme Bilodeau et les Partisans du tracé Ouest demandent est simple : démontrer en justice que le tracé qu’ils défendent est le tracé de moindre impact, ce qu'il sera très difficile de faire si la loi 2 est adoptée. Pour vérifier les documents officiels recueillis par les Partisans du tracé Ouest, il est possible de le faire au : partisansdutraceouest.blogspot.com, sous l’onglet historique et sous les onglets juridiques.


Commentaires des lecteurs (6 commentaires)


 
 
Mike
4 juin 2011 à 13h06
M. Roy, C'est bizarre que dans ce projet de l'autoroute, c'est juste à Beauceville qui ont changé le tracé drastiquement, pourtant entre StJoseph et Beauceville et Notre-Dame et St-Georges qui date des memes années. Ce qui est le plus bizarre c'est que c'est la petite gang de libéraux de Beauce Sud qui veulent ce tracé là. Si le MTQ, son étude est si bonne que ca, pourquoi ne pas avoir été au TAQ pour le défendre ???? il aimait mieux faire un décret que d'aller défendre son tracé de moindre impact. Si c'est le tracé de moindre impact, pourquoi imposer une loi spéciale ???? Assez Bizarre n'est ce pas.
 

 
 
Laurent Roy
3 juin 2011 à 20h54
Je ne comprends pas pourquoi on persiste à dire qu'il faut prouver quel tracé est le bon puisque l'étude d'impacts a démontré que le Tracé Est est celui de moindre impact dans son ensemble. À partir de là, il faut dédommager et indemniser justement les gens lésés par ce choix. C'est dommage qu'on doivent passer par une Loi Spéciale mais sinon, on va sauter d'une Cours à l'autre et d'un Tribunal à l'autre pendant encore 4-5-6 ans... dans l'espoir de prouver que des tracés vieux de 36 ans sont à jour, prêts et doivent être choisis.
 

 
 
Marie
31 mai 2011 à 10h07
Enfin, une analyse comparative des points de vue des parties impliquées sans que l'on distingue de parti pris. BRAVO M. Poulin
 

 
 
fernand.cyr
30 mai 2011 à 22h19
sais pas la loit qui est inportente sest la route plus lon discute pire sait atendon voir si le profette qui a prédie la fin du monde sait réel pas besoin de route bye
 

 
 
Gérard F.
30 mai 2011 à 20h48
Je vous félicite pour votre article, mais d'après mon expérience, il y a des libéraux qui seront pas content de votre écrit, car eux ils nous parlent du développement de la Beauce mais pour eux la Beauce ca signifie St-Georges de Beauce.
 

 
 
PJ
30 mai 2011 à 20h25
Wow, quel article de qualité. Je suis impressionné par sa pertinence. Ca fait du bien de lire un vrai bon papier sur le sujet. Félicitation à M. Gagnon Poulin.
 
Ajoutez votre commentaires
Nom
Adresse Courriel

(Ne sera pas publiée)
Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessous. (La casse n'est pas prise en compte.)

Cliquez ici pour obtenir un nouveau code

Pas encore inscrit sur www.EditionBeauce.com?

Inscrivez-vous ici en quelques minutes, rejoignez le réseau qui vous en donne plus.

Les plus actifs seront sollicités pour des concours, promotions et événements.

Inscription

Commentaire

Veuillez prendre note que votre commentaire est soumis de facon anonyme, et sera sujet a validation avant d'etre affiché sur le site.


Nouvelles associées


Répertoire des entreprises

 
Bijouterie Clermont Labrecque inc.
41, rue Notre-Dame Nord
Sainte-Marie, Québec G6E 3Z4
(418) 387-7500
 
Club de Golf de Beauceville Inc.
721, rte. du Golf
Beauceville, Québec G5X 2T8
1(418) 774-4653


Nouvelles récentes