Accueil > Nouvelles > Agriculture > Les propriétaires de boisés veulent garder leur part

Les propriétaires de boisés veulent garder leur part

ce 3 mai 2011 à 16h58
Crédit photo : Courtoisie
Encadrés par le nouveau directeur général Martin Ladouceur (à gauche derrière) et le président Marc-Yvon Poulin (à l%u2019extrême droite), les bâtisseurs qui ont été honorés : Hugues Veilleux, Raymond Racine, André Lantagne, Marcel Giguère, Simon Giguère et Jean-Luc Bilodeau.

Les propriétaires de boisés de la Beauce veulent conserver leur part des budgets, actuels et à venir, dédiés à la mise en valeur des forêts privées. Plaidant en faveur de la reconnaissance de tous les types de conseiller forestier performant, ils s'opposent à ce que le ministère des Ressources naturelles et de la Faune ne reconnaisse que le modèle des groupements forestiers.

C’est ce qui ressort de l’Assemblée générale annuelle de l’Association des propriétaires de boisés de la Beauce, qui se tenait à la Salle multifonctionnelle de Vallée-Jonction, le dimanche 1er mai. Demandant du même coup l’appui de leur Fédération, les membres de l’Association ont adopté cette résolution, vu l’intention du ministère de reconnaître le modèle des groupements forestiers en leur attribuant 75 % des enveloppes budgétaires des programmes autres que le programme d’aide à la mise en valeur.

Sur le territoire du Plan conjoint de la Beauce, les trois groupements forestiers bénéficient déjà de 56 % de tous les programmes d’aide, alors que les propriétaires qui ont une convention avec un groupement ne représentent que 45 % du total des propriétaires qui ont un statut de producteur forestier dans la région.

30 années en aménagement

L’Association a profité de son assemblée générale pour souligner le 30e anniversaire de son Secteur forestier et honorer ses bâtisseurs : Jean-Luc Bilodeau, Marcel Giguère, André Lantagne, Raymond Racine et Hugues Veilleux. Le directeur du service, Simon Giguère, ing. f., a aussi reçu une plaque honorifique au nom de tous les employés actuels et passés. Tour à tour, les bâtisseurs ont rappelé l’importance du Plan conjoint pour la défense du modèle beauceron de gestion de la forêt privée, fondé sur le contingent individuel, la grande implication des propriétaires dans leurs boisés et leur volonté d’exercer le libre choix d’un conseiller forestier pour accéder aux programmes.

« On ne refait pas l’histoire. Si on a des quotas individuels, si on est dans l’aide individuelle en aménagement, il y a des raisons historiques à ça. Et si des politiciens à Québec s’avisent de vouloir défaire ça, on va devoir aller leur taper sur les doigts », a servi Marcel Giguère, qui fut directeur général de l’association de 1982 à 1990.

Les producteurs de bois réunis pour les assemblées générales du Plan conjoint et de l’Association ont pris connaissance des résultats de ces 30 années de l’Association en aménagement forestier. Ainsi, 8 700 propriétaires de boisés ont été rencontrés par un conseiller de l’Association, soit environ 900 par année. Huit mille plans d’aménagement ont été réalisés. Ces activités ont généré des investissements de 37 M$ dans la forêt et l’économie régionale, et 48 millions de plants ont été mis en terre, soit 11 200 plants en moyenne par propriétaire. Avec pour résultat que, entre 1998 et 2014, la possibilité forestière sera passée de 318 000 à 520 000 mètres cubes de bois disponible pour les industries de transformation.

Autres résolutions

L’assemblée générale a demandé à l’Association d’offrir sa collaboration aux MRC de la région afin de participer à l’élaboration éventuelle des Plans de développement de la zone agricole (PDZA). L’intention est de faire reconnaître les droits des producteurs forestiers tout en respectant le potentiel agricole du territoire.

L’Association a aussi été invitée à développer une position dans l’épineux dossier de la taxation municipale et la problématique entourant la hausse importante de la valeur des terres à bois, et des taxes qui vont avec.

Une résolution a été adoptée pour souligner l’importante contribution de M. Raymond Racine, qui a pris sa retraite en février 2011, au terme de 20 années à la direction générale de l’Association.

Tordeuse : la réponse de la ministre ne passe pas

Une résolution de l’AGA, prise en 2009 et 2010, adoptée aussi par la Fédération,  demandait à la ministre Nathalie Normandeau de revoir sa politique en matière de protection des forêts privées affectées par la Tordeuse du bourgeon de l’épinette. La démarche s’était butée à un refus.

Les membres de l’Association ont décidé de revenir à la charge et de demander à nouveau à la ministre de revoir ses politiques en la matière, insistant sur la nécessité de préserver les investissements publics et privés dans la forêt de la Beauce et des Etchemins. On veut ainsi éviter la perte d’importants volumes de bois pour le développement économique de la Beauce-Etchemins.

Commentaires des lecteurs (0 commentaires)

Ajoutez votre commentaires
Nom
Adresse Courriel

(Ne sera pas publiée)
Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessous. (La casse n'est pas prise en compte.)

Cliquez ici pour obtenir un nouveau code

Pas encore inscrit sur www.EditionBeauce.com?

Inscrivez-vous ici en quelques minutes, rejoignez le réseau qui vous en donne plus.

Les plus actifs seront sollicités pour des concours, promotions et évènements.

Inscription

Commentaire

Veuillez prendre note que votre commentaire est soumis de facon anonyme, et sera sujet a validation avant d'etre affiché sur le site.


Nouvelles associées


Répertoire des entreprises

 
Nancy Castilloux
1225 rue du pont
Saint-Lambert-de-Lauzon, Québec G0S 2W0
(418) -801-8192
 
Fertibeauce inc.
1338, 1ère Rue, parc industrielle
Sainte-Marie, Québec G6E 3H3
(418) 387-8171


Nouvelles récentes