Accueil > Nouvelles > Actualités > tire sa révérence, mais…

Marcel Roy

tire sa révérence, mais…

Par René d'Anjou ce 4 juillet 2007 à 01h43
Crédit photo : René d'Anjou

Après avoir enseigné durant près de 35 ans au Collège Jésus-Marie, à Beauceville, Marcel Roy, homme de théâtre, musicien, historien, politicien et enseignant, se retire de l’enseignement pour prendre une retraite bien méritée.

Dans une entrevue de plus d’une heure qu’il nous a accordée, Marcel Roy ne tarit pas d’éloges à l’endroit de la direction de cette école privée, l’une des meilleures de la région de la Chaudière-Appalaches. Il rend hommage à sa directrice générale, Mme Monique Lambert, à ses anciens collègues, enseignants ainsi qu’aux employés de soutien qui font un travail remarquable.

Des souvenirs il en retient plusieurs au cours de ses 34 ans à l’école Jésus-Marie, mais ce qu’il retient surtout c’est l’esprit de famille qui règne entre les murs de cette maison d’enseignement, cette complicité entre la direction, les profs, les élèves et, bien entendu, la pièce maîtresse essentielle à tout bon fonctionnement, la complicité des parents. D'ailleurs, il souligne le travail que les parents ont effectué pour initier un projet pour revitaliser la bibliothèque.



C’est cet esprit d’équipe, cette complicité entre chacun des individus qui gravitent autour de cette institution qu’est Jésus-Marie, qui fait un ensemble de beaux souvenirs après toutes ses années consacrées à l’enseignement auprès des jeunes dont la plupart sont de Saint-Georges.

Bien entendu, au fil des ans, le collège a changé beaucoup. Passant, au début de l’enseignement privé, à à peine 25 élèves, pour atteindre, en 2007, le nombre de 450. L’environnement des élèves s’est beaucoup modifié aussi. Au début on retrouvait des pensionnaires alors qu’aujourd’hui le jeune élève est aussi un travailleur puisqu’une partie de son temps libre, il le consacre dans un emploi que ce soit dans un fast-food ou un autre commerce, l’élève n’est pas aussi disponible qu’autrefois pour des activités parascolaires. On pourrait même dire que 90% des élèves de 5e secondaire travaillent. «Ce sont des étudiants-travailleurs», de préciser M. Roy.



Ce dernier est à sa retraite, officiellement depuis le 27 juin, mais on n’a pas arrêté de lui rendre hommage depuis le 24 mai. «C’est extraordinaire d’avoir une sortie de carrière comme ça», nous dit-il en nous montrant les nombreux cadeaux et mots gentils qu’on lui a remis, dont un tableau de Guylaine Jacques, intitulé «Les arbres de la connaissance».

«Chapeau !»
Quand on lui demande, qu’elle est sa priorité en prenant sa retraite, il répond que pour l’instant c’est la famille. C’est certain que, pour les premiers mois, ça risque de ressembler aux vacances scolaires, comme ce fut le cas pour les trente dernières années.



En second lieu, Marcel Roy veut réaliser un rêve, qu’il cogite depuis un an. Ce rêve c’est celui de chanter à l’occasion d’événements spéciaux, d’anniversaires, de fêtes, etc. Marcel a un répertoire assez varié tant en langue anglaise que française. Il a joué à quelques occasions avec Alexandrine Mercier, fille de son copain, Michel Mercier. Cette dernière s’était mérité un prix à l’occasion d’un concours d’interprétation au bar l’Entracte, à Beauceville, l’an dernier.

C’est sous la dénomination de « Chapeau », que Marcel offre ses services à divers groupes et organismes de la région. C’est un peu comme une seconde carrière qu’il lance pour se tenir en forme et faire profiter les autres de ses talents comme interprète, car il peut passer facilement de Beau Dommage aux Beatles, à Sting ou encore à Claude Dubois ou Charles Aznavour et bien d’autres.

La politique
Personne n’ignore, du moins à Beauceville, que Marcel Roy est un politicien dans l’âme. Il a été une douzaine d’années conseiller municipal, de 1993 à 2005 alors qu’il a été défait par M. Jean-Guy Bolduc, à la mairie. Bien entendu, il a été déçu des résultats, mais il n’est pas amer même s’il prend difficilement les remarques de certains qui lui disent «la prochaine fois je voterai pour toi, mon Marcel».

Quand on lui demande s’il pourrait faire un retour en politique municipale, M. Roy, avec son petit sourire en coin il répond candidement «Je suis jeune», ce qui veut tout dire.

Ce futur candidat à la mairie, sans doute, croit à l’importance d’une région forte et il reconnaît le rôle important que peut et que doit jouer la ville de Saint-Georges comme métropole d’une région dynamique. Il estime que, dans ce contexte, Beauceville a aussi un rôle important à assumer. Il parle alors de développement et de services à assurer aux familles.

Il ne dit pas catégoriquement OUI à un retour à la politique, mais il dit y réfléchir et on sent clairement qu’il rêve de voir le dynamisme refaire surface à Beauceville.

Quant à la politique québécoise, il croit en Mme Marois, il reconnaît avoir voté pour André Boisclair, mais il estime que Mme Marois peut faire un excellent travail à la tête du Parti québécois. Il ne sait pas si un jour Mme Marois pourra être première ministre du Québec, mais il croit profondément qu’un jour le Québec sera un pays.

Ce retraité de l’enseignement ne tourne pas la page sur l’avenir. Il va mettre son énergie à la musique et aussi à poursuivre son rêve, celui de mettre tous ses efforts à rappeler que nous ne sommes pas nés pour un petit pain. Ce n’est pas pour rien que cet homme vénère le drapeau des patriotes.

Alors, «chapeau» Marcel Roy et tous les gens vous souhaitent une excellente carrière, vous êtes encore si jeune !

Nos photos, Marcel Roy, devant l’école Jésus-Marie, une avec sa conjointe, Cécile qui est à sa retraite, de la Polyvalente Saint-François depuis l’an dernier, une photo, prise dans son bureau alors qu’il tient le tableau de Guylaine Jacques, qu’il a reçu en cadeau, une avec sa conjointe, Cécile et une autre, grattant sa guitare pour nous faire une démonstration de ses talents de chanteur.

On peut d’ailleurs voir et entendre un petit montage de son répertoire en cliquant sur l’un des icones en haut de la page. On peut également entendre deux extraits de notre entrevue. L’un portant sur l’arrivée de Mme Marois à la tête du Parti québécois et l’autre sur un retour possible en politique municipale.

Envoyer à un ami Imprimer

Nouvelles associées


Répertoire des entreprises

 
Clinique chiropratique Nouvelle-Beauce
529, boul. Vachon-Nord
Sainte-Marie, Québec G6E 1L8
(418) 387-5156
 
Golf du Moulin Laflamme
65, rang binet
Saint-Benoît-Labre, Québec G0M 1P0
(418) 222-6012


Nouvelles récentes