Accueil > Nouvelles > Actualités > La petite histoire des élections fédérales dans la Beauce

La petite histoire des élections fédérales dans la Beauce

ce 29 novembre 2005 à 10h42
Crédit photo : René d'Anjou

En prévision d’une élection qui se tiendra vers la fin du mois de janvier 2006, nous avons fait un relevé historique des députés qui, depuis les débuts de la Confédération, ont représenté la Beauce à Ottawa.

Le premier député de Beauce, a été M. Christian Henry Pozer, de la grande famille que nous connaissons, de 1867 à 1876, date à laquelle il a été nommé au Sénat. À l’époque, il y avait moins de 2 000 électeurs en Beauce. Le Québec comptait alors 65 districts électoraux. M. Christian-Henry Pozer était avocat.

Lors d’une élection partielle qui a suivi la nomination de M. Pozer au sénat, c’est M. Joseph Bolduc, notaire et agriculteur de Saint-Victor ainsi que directeur de chemin de fer. Il a permis à la Beauce de passer aux mains du Parti conservateur. M. Bolduc a été réélu en 1878 et 1882 pour être nommé à son tour au sénat en 1884. Il a été président du Sénat de 1916 à 1922. Il est décédé en 1924.

Thomas Linière Taschereau , avocat de Sainte-Marie, est élu lors d’une élection partielle. Il garde, avec une majorité réduite, le comté aux mains des Conservateurs. Il sera défait, un an plus tard, lors d’une élection générale, par un médecin originaire de Lambton, M. Joseph Godbout qui habitait Beauceville, se présente sous l’étiquette de Libéral indépendant. Il sera réélu à trois reprises de 1891 à 1900. Il joindra les rangs du Parti libéral du Canada dès 1891. Il a été nommé au sénat en 1901.

C’est M. Henri Sévérin Béland, médecin, qui a été élu pour les libéraux de 1902 à 1922, soit 7 mandats consécutif. Il avait été ministre des postes mais aussi Ministre du Rétablissement des soldats à la vie civile.

En 1911, tout en se présentant dans le comté de Beauce, il avait tenté, mais en vain, de se faire élire également dans le comté de Montmagny. Il faut dire qu’à cette époque on pouvait briguer les suffrages dans plus d’un district électoral.

En 1925, il a été nommé au sénat et lors de l’élection qui s’en suivie, en 1925, c’est ensuite Édouard Lacroix, qui l’a remplacé comme député, élu député libéral à la Chambre des communes en 1925. Réélu en 1926, 1930, 1935 et 1940. Il adhéra à l'Action libérale nationale le 12 août 1934. Démissionna le 11 juillet 1944 et se fit élire député du Bloc populaire à l'Assemblée législative à Québec en 1944. N'a jamais siégé. Il a démissionna le 14 mai 1945.

Il a été suivi de Ludger Dionne. En 1945 pour un seul terme puisqu’il a été défait, en 1949 par le médecin Raoul Poulin, de Saint-Martin, comme indépendant jusqu’en 1958 pour se faire battre par le libéral Jean-Paul Racine, de Saint-Honoré-de-Shenley, Il a été défait, `à l’élection suivante par M. Gérard Perron, Hôtelier, créditiste qui avait été réélu en 1962 et 1963 mais vaincu par le libéral Jean-Paul Racine.

Le Ralliement créditiste, qui avait remplacé le Crédit social, prend le pouvoir avec M. Romuald Rodrigue, de Saint-Georges, en juin 1968. Mais les libéraux reviennent en force en 1972, avec M. Yves Caron, pour être réélu en 1974, avec, comme principal adversaire M. Romuald Rodrigue.

Mais, en 1979, c’est M. Fabien Roy qui, pour un court terme, déloge M. Yves Caron. Un an plus tard, les libéraux reprennent le pouvoir avec M. Normand Lapointe.

En 1984, Gilles Bernier, que nous connaissons tous, déloge à son tour M. Lapointe et redonne aux Conservateur le comté de Beauce qui n’avait pas eu de député de ce parti politique depuis plus de cent ans dans la Beauce.

M. Bernier conservera son siège jusqu’en 1997 alors qu’il s’était présenté comme indépendant en 1993 après avoir été écarté du Parti conservateur. Il est à noter que M. Bernier, lors de l’élection de 1988, il avait obtenu plus de 36 000 votes, avec une majorité de plus de 20 000 voix sur son adversaire libéral, l’ex-maire de Sainte-Marie, Pierre-Maurice Vachon.

Ayant accepté de la part de M. Jean Chrétien le poste d’ambassadeur du Canada à Haïti, M. Bernier se retire juste avant l’élection de 1997 alors que Claude Drouin reprend la circonscription au nom du Parti Libéral.

Depuis M. Drouin s’est fait réélire en 2000 et 2004 avec des majorités qui sont passées de 13 700 à 2 400.

On connaît la suite. M. Drouin a annoncé qu’il ne solliciterait pas de mandat en prévision de la prochaine élection. L’exécutif du Parti libéral du Canada pour la circonscription, dont le président est l’avocat Me Frank D’Amours, devrait prendre une décision incessamment.

Lors de la dernière élection, en juin 2004, M. Claude Drouin avait obtenu 41,4% des votes et son plus proche adversaire, le Bloc québécois, M. Jean-François Barbe, avait recueilli 36,3% des voix suivi de loin par M. Alain Guay, candidat conservateur avec 17,1% des votes. Le NPD et le Parti vert avaient respectivement obtenu 3,1% et 2,2% des votes.

Sur la photo, de gauche à droite : M. Christian Henry Pozer, qui a été le premier député du début de la confédération; M. Édouard Lacroix, député libéral de 1925 à 1940; Raoul Poulin qui a siégé comme indépendant de 1949 à 1958; Romuald Rodrigue qui a été élu député créditiste en 1958; Gilles Bernier le premier député Conservateur, en 100 ans dans la Beauce alors qu’il était élu en 1984 et Yves Caron qui, en 1972, repris le comté pour les Libéraux avant de le céder à Fabien Roy en 1979.

Envoyer à un ami Imprimer

Nouvelles associées


Répertoire des entreprises

 
Club de Golf de Beauceville Inc.
721, rte. du Golf
Beauceville, Québec G5X 2T8
1(418) 774-4653
 
Clinique chiropratique Nouvelle-Beauce
529, boul. Vachon-Nord
Sainte-Marie, Québec G6E 1L8
(418) 387-5156


Nouvelles récentes