Accueil > Nouvelles > Actualités > Le vent tournera bientôt à Saint-Robert-Bellarmin

Le vent tournera bientôt à Saint-Robert-Bellarmin

Par Frédéric Desjardins ce 23 décembre 2011 à 14h56
Le projet de parc éolien à Saint-Robert-Bellarmin devrait être finalisé pour la saison automnale 2012.
Crédit photo : EDF EN Canada
Le projet de parc éolien à Saint-Robert-Bellarmin devrait être finalisé pour la saison automnale 2012.

Située entre deux frontières via la MRC du Granit et la circonscription électorale provinciale de Beauce-Sud, la municipalité de Saint-Robert-Bellarmin a présentement le vent dans les voiles. Depuis un an et demi, les habitants du secteur voient grandir devant leurs yeux le projet d'un parc éolien de 80 MW. Celui-ci a été idéalisé par l'entreprise privée EDF EN Canada via un appel d'offres d'Hydro-Québec Distribution (HQD). Les travaux sont réalisés par Borea Construction, compagnie canadienne spécialisée dans la construction de parcs éoliens.

D’une superficie de 5 374 hectares, le domaine contiendra au final 40 éoliennes réparties sur les terres publiques du gouvernement du Québec (29) et sur des espaces privés appartenant à la compagnie Domtar (11). Celui-ci devrait entrer en service d’ici l’automne 2012. En avril dernier, EDF EN Canada avait également annoncé un partenariat avec la MRC du Granit et Énergie du Granit Inc. afin de concevoir un autre parc de 12 éoliennes qui produira 24,6 MW en électricité verte pour livraison dès décembre 2014.

« À propos du deuxième projet, l’appel d’offres d’Hydro-Québec s’adressait à des groupes communautaires et autochtones. La MRC du Granit est actionnaire à 30 % dans cette entente. Pour le premier parc, la construction s’est amorcée en juillet 2011 et nous avons présentement cinq éoliennes bien installées, ainsi que deux douzaines de fondations coulées dans le sol. Il y aura arrêt des travaux pour les Fêtes, mais les opérations d’excavation et de préparation du site reprendront en janvier », explique Félix Destrijker, responsable des relations avec le milieu pour EDF EN Canada.

Avant le lancement de cette initiative, le regroupement s’est assujetti à de nombreuses demandes pendant un an, dont le dépôt d’une étude d’impact sur l’environnement et des analyses sur ce même sujet à travers le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP). Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a aussi tenu une consultation publique en juillet 2010 afin d’informer les citoyens de la teneur du projet.  Une autre séance d’information a eu lieu le 15 décembre dernier en lien avec le projet communautaire. 

« Nous recevons énormément de commentaires positifs venant de la population. Des redevances seront versées aux gens concernés, et ce, dans un grand respect de l’environnement. D’ailleurs, le parc éolien n’est pas situé à proximité des maisons. Il a toutefois fallu négocier avec des acériculteurs faisant de l’exploitation sur les terres du gouvernement. Le tout s’est déroulé généralement d’une façon cordiale, car on ne voulait pas que ces entreprises perdent trop d’entailles », ajoute Félix Destrijker.

Selon le dernier bulletin « L’Éole-Lien » publié par EDF EN Canada, 30 km de chemins forestiers composant le réseau routier du domaine ont été finalisés par Borea Construction, soit 80 % de celui-ci. Environ 175 personnes sont employées à mettre debout ce parc éolien. Des jeunes de la région pourraient d’ailleurs parachever l’avenir vert grâce à une entente avec le Cégep Beauce-Appalaches et le Groupe Collégia. Une cohorte de 18 étudiants devrait obtenir une attestation d’études collégiales (AEC) en juin 2012 dans le domaine de maintenance d’éoliennes.

Précisons que le parc éolien devait d’abord être conçu à Aguanish, petit village de la Côte-Nord. À la suite de modifications aux règlements municipaux de l’endroit, l’idée d’implantation a été transférée du côté de Saint-Robert-Bellarmin. Comme l’appel d’offres fut lancé par Hydro-Québec, EDF EN Canada n’a pas l’intention de vendre son électricité à l’État du Maine malgré la proximité frontalière. Plus de renseignements sont disponibles au www.edf-en.ca/saint-robert-bellarmin et au www.edf-en.ca/le-granit. 

 

 

 


Envoyer à un ami Imprimer

Commentaires des lecteurs (1 commentaires)


 
 
claude charron
24 décembre 2011 à 01h01
Le prix moyen payé par Hydro-Québec pour les appels d'offres du 2 ième bloc, soit 2,000MW, se situe à 9.5 cents/kwh, à cela il faut ajouter environ 2 cents/kwh pour le transport et l'équilibrage, donc Hydro paiera 11.5 cents/kwh pour de l'énergie qu'il revendra à perte sur les marchés extérieurs (ex: le dernier contrat avec le Vermont à l'automne 2010 fait état d'un approvisionnement en électricité pour une durée de 25 ans à un prix moyen de 5.5 cents/kwh). Pour ce 2 ième bloc seulement il en coûtera donc $250 millions annuellement aux contribuables québécois pour l'approvisionnement à perte de cette énergie et ce pour au moins les quinze prochaines années alors que nous sommes dans une situation excédentaire d'énergie sans précédent (les analystes américains parlent d'au moins 35 ans). Hydro fournit également de l'électricité aux minières (aluminium, etc.) à un tarif L, soit 4.2 cents/kwh. Le tarif résidentiel québécois se situe autour de 7.5 cents/kwh. Hydro a d'ailleurs annoncé le 1 août dernier les premières hausses de ce tarif en 2012 pour absorber les pertes pour l'approvisionnement en énergie éolienne, soit une ponction de 58 millions de dollars. Ce n'est qu'un début alors que le dégel du bloc patrimonial en 2014 permettra à Hydro de hausser les tarifs de 3.4%/an pendant 5 ans, Hydro aura alors beau jeu de camoufler ses pertes éoliennes à travers ces nouvelles hausses. Au bout du compte ce sont les québécois qui paient pour que l'électricité coûte moins cher aux américains. Ce scandale économique n'est qu'un des impacts négatifs des centrales industrielles éoliennes. La centrale au gaz naturel (cogénération) de Bécancour construite au coût de $1 milliard par Trans Canada Energy, une multinationale pétrolière de l'Alberta, n'a pas produit un seul kw d'électricité depuis son ouverture il y a 3 ans. Le contrat qui lie Hydro-Québec à Trans Canada jusqu'en 2023 fait en sorte qu'il en coûte à Hydro-Québec $200 millions/an pour ne pas produire d'électricité étant donné les surplus d'énergie sur le marché. ET on continue d'installer des éoliennes à perte. Tous les analystes en énergie ont dénoncé ce scandale alors pourquoi n'en parle-t-on pas plus? Les contribuables québécois ont perdu $30 milliards avec la Caisse de Dépôt, ça nous a titillés un moment puis nous sommes revenus à nos petites affaires. Et puis les éoliennes c'est tellement joli et vert. Les promoteurs éoliens sont de formidables vendeurs de rêves, c'est le seul produit industriel qui vient sans garantie. L'éolienne est supposée contribuer à la diminution des gaz à effet de serre. Demandez-leur de vous fournir une seule étude scientifique, indépendante qui en fait la preuve. Leur réponse: "on n'a pas besoin de preuves."Des études sérieuses démontrent tout le contraire, les éoliennes contribuent de façon non significative à la diminution des GES et dans plusieurs cas contribuent à leur augmentation. J'espère que les gens de la Beauce s'indigneront de ce projet absurde et que s'ils ont une conscience sociale ils exigeront un référendum pour mettre en échec ce projet néfaste. Outre ces considérations économiques affreusement défavorables, la valeur des paysages, la valeur des résidences riveraines, la santé et la qualité de vie, l'occupation réfléchie et viable du territoire qui constitue le milieu de vie des résidents et la valeur du tissu social sont des préoccupations infiniment plus louables et importantes que l'apparition de ces quelques turbines désuètes et d'une inutilité consommée alors que 97% de l'énergie produite au Québec provient de l'hydro électricité, renouvelable et surabondante. Si Québec veut faire quelque chose pour l'environnement pourquoi ne commence-t-il pas par offrir aux québécois un programme résidentiel de remplacement des chaudières au mazout par un système de chauffage fonctionnant principalement à l'électricité (encore une fois dont les surplus seront présents pour au moins les 20 prochaines années) et ainsi contribuer efficacement à s'affranchir de notre dépendance au pétrole. Ces projets n'ont de vert que les billets qu'ils rapportent aux vendeurs de vent grâce à l'argent des factures d'électricité des contribuables québécois garanti par le souteneur Hydre-Québec. Une véritable honte. Ne nous y trompons pas, ce modèle de développement de centrales éoliennes industrielles est un véritable scandale économique et financier, un désastre environnemental et un gâchis social.
 
Ajoutez votre commentaires
Nom
Adresse Courriel

(Ne sera pas publiée)
Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessous. (La casse n'est pas prise en compte.)

Cliquez ici pour obtenir un nouveau code

Pas encore inscrit sur www.EditionBeauce.com?

Inscrivez-vous ici en quelques minutes, rejoignez le réseau qui vous en donne plus.

Les plus actifs seront sollicité pour des concours, promotions et évènements.

Inscription

Commentaire

Veuillez prendre note que votre commentaire est soumis de facon anonyme, et sera sujet a validation avant d'etre affiché sur le site.


Nouvelles associées


Répertoire des entreprises

 
Hôtel National
288, rue Notre-Dame
Tring-Jonction, Québec G0N 1X0
(418) 426-3075
 
Golf du Moulin Laflamme
65, rang binet
Saint-Benoît-Labre, Québec G0M 1P0
(418) 222-6012


Nouvelles récentes