avec Google
Utilisateur :
Mot de passe :
En direct sur l'Actualité et les nouvelles de la Beauce Mardi, 1 Mai 2007

 Les plus récentes nouvelles  Archives
Huit jeunes sportifs à la Classique des gens d’affaires de la Beauce
5/1/2007 9:10:05 PM
Comité du Golf
Dans le but de promouvoir la relève sportive, le comité organisateur du tournoi de golf annuel du CLD Robert-Cliche invitera huit jeunes sportifs à participer gracieusement à la 17e édition de la Classique des gens d’affaires de la Beauce qui aura lieu le jeudi 7 juin prochain, au Club de golf de Beauceville. (texte complet)
Invitation du Cégep pour la préparation de son plan stratégique
5/1/2007 8:57:26 PM
Cégep Beauce-Appalacahes
Le Cégep Beauce-Appalaches est actuellement en élaboration de son plan stratégique. La démarche impliquant tous les employés du Cégep a permis de préciser les cibles à développer au cours des prochaines années. Le Collège en est maintenant à l’étape de rencontrer ses partenaires et le milieu socioéconomique en général pour valider les cibles qui ont une incidence sur ceux-ci. (texte complet)
Près de 40 000$ au bénéfice des jeunes en difficulté de la région Chaudière-Appalaches
5/1/2007 8:56:23 PM
Remise de chèque de la Fondation
La troisième édition de la soirée bénéfice «Vins et Fromages» de la Fondation jeunesse Chaudière-Appalaches qui eut lieu le 27 avril dernier au Juvénat Notre-Dame à Saint-Romuald a été couronnée de succès. En effet, dans le cadre de cet événement placé sous la présidence d’honneur de M. Marc Gervais de Sanimax et qui a réuni un peu plus de 200 personnes, le comité organisateur a annoncé que 39 800 $ avait été amassé pour les oeuvres de la fondation. (texte complet)
Colloque sur l’entrepreneurship féminin en Beauce-Sartigan
5/1/2007 5:01:02 PM
Joni Thompson
L’organisme Vision Femmes Beauce-Sartigan a annoncé, ce midi, le lancement du colloque sur l’entrepreneuriat féminin ayant pour thème Osez entreprendre et ce, dans le cadre du projet intitulé L’entrepreneurship féminin dans la MRC Beauce-Sartigan provenant du programme de la Promotion de la femme de Condition féminine Canada. (texte complet)
Dernier match d’improvisation de la saison au Cégep Beauce-Appalaches
5/1/2007 10:08:19 AM
Improvisation au Cégep
L’équipe d’improvisation du Cégep Beauce-Appalaches Les Pissenlits a le plaisir de vous inviter à son dernier match de la saison le dimanche 6 mai 2007 à 19 h à l’Entrecours du Cégep. S’opposeront lors de cet événement, les joueurs de la 7e édition aux anciens joueurs des Pissenlits qui, pour plusieurs d’entre eux, évoluent avec succès dans des ligues d’improvisation universitaire (Sherbrooke, Montréal et Trois-Rivières). Pour l’occasion, les profits de la soirée seront remis à l’organisme régional « Ouvre ton cœur à l’espoir ». Les médias et la population sont conviés à venir assister à cet événement. (texte complet)
On prépare la 3e édition du Festival «Beau et show»
5/1/2007 7:58:32 AM
Festival Beau et show
Les préparatifs vont bon train à La Guadeloupe, pour la 3e édition du festival « Beau et show » qui se tiendra les 8, 9 et 10 juin. (texte complet)
" On prépare la 3e édition du Festival «Beau et show» 5/1/2007 7:58:32 AM

" Bel esprit sportif de deux pilotes dans un projet à l’autodrome Chaudière 5/1/2007 7:57:21 AM

" Les Mariverains branchés ont afflué sur le site Internet de leur ville 4/30/2007 4:13:46 PM

" Conférence sur les achats de produits horticoles 4/30/2007 4:12:02 PM

" 3 mai : la journée de la lecture 4/30/2007 4:11:14 PM

ARTICLE
Bob Poulin, chef pompier
Photo: Paul-André Parent
Mission accomplie pour Robert « Bob » Poulin

4/26/2007 5:18:49 AM

Par Paul-André Parent
Policier pompier à temps partiel puis à temps plein, préventionniste, directeur de la sécurité civile et des incendies en plus d’avoir œuvré à Rues Principales, Robert Bob Poulin ajoutera « rentier » à sa feuille de route à compter du 31 décembre prochain. Il a entrepris sa carrière en 1970 et quitte 37 ans plus tard. Il peut maintenant dire mission accomplie, si on regarde les progrès réalisés par les services qu’il dirige et leur degré d’efficacité.

La piqûre
La première intervention de Robert comme pompier a eu lieu alors qu’il n’était pas vraiment pompier. Il était militaire et de passage à Saint-Georges. Le chef de l’époque, Lucien Poulin, l’avait alors réquisitionné pour aider à combattre le super incendie de l’Hôtel Hermandi dont les anciens de la Beauce se souviendront. Ce fut la piqûre.

La Carrière
Un peu plus tard, en 1970, il devient policier pompier à temps partiel, une situation qui dure deux ans. En 1972, l’emploi devient permanent jusqu’en 1978. Il opte alors pour une implication dans le programme de revitalisation du centre-ville, «Rues Principales». Mais à partir de 1986, il revient à sa passion première. Il acquiert des formations spécialisées et devient préventionniste en plus d’occuper les postes de directeur du Service des incendies et directeur de la Sécurité civile de Saint-Georges. En 1990, son poste devient permanent et il l’occupe depuis et l’occupera jusqu’au 31 décembre prochain.

Les grands changements
Entre 1970, date de son arrivée au service et aujourd’hui, il doit s’en être passé des choses. Oui, mais pas nécessairement comme on le pense. Amélioration de la qualité et diminution de la quantité, malgré une croissance fulgurante de la ville. De 50 pompiers volontaires en 1970, la brigade est passée à 40 en 2007. On y greffe un directeur et un adjoint. Les effectifs ont donc diminué malgré une augmentation de la population de 8 000 environ à 30 000.

Le nombre moyen de sorties avant 1986 était de 250 alors qu’il est de 99 en 2006. La rapidité et l’efficacité d’intervention ont aussi connu une amélioration exceptionnelle. Et il faut signaler que pour une ville de sa taille, Saint-Georges doit être la seule à ne pas avoir de corps de pompiers réguliers.

Ce qui explique ces résultats, c’est la formation et l’équipement. La formation des pompiers et des sauveteurs a débuté en 1984 et a véritablement pris son essor en 1986 avec 195 heures de formation pour les pompiers et 125 pour le sauvetage. Depuis, les pompiers reçoivent 400 heures de formation et acquièrent en plus des spécialités sur les lieux d’incendies : ventilation, pénétration, opération de véhicules, etc… Chacun sait exactement ce qu’il a à faire et le fait donc mieux.

Le changement le plus significatif, selon Bob Poulin, c’est l’arrivée de la mousse à air compressé. Saint-Georges est la première ville à en avoir fait l’acquisition et cette acquisition a complètement modifié l’allure des combats contre les incendies. La mousse coupe l’oxygène en enlevant tout accès à l’air et emprisonne l’incendie dans son espace initial.

La prévention
Le nerf de la guerre, toujours selon notre futur rentier, c’est la prévention. Les entreprises commerces et résidences de Saint-Georges apportent une collaboration inégalée à ce niveau. Chaque entreprise a son responsable des vérifications de sécurité. Chaque quartier a un pompier de quartier qui visite ses résidents et vérifie aussi la sécurité et les détecteurs. Le résultat est que le taux de détecteurs fonctionnels à Saint-Georges est de 98% alors qu’il est de 45% dans le reste du Québec.

Les interventions
Question de rappeler des souvenirs aux Beaucerons, nous avons demandé à Bob Poulin quels étaient les interventions les plus importantes durent son service. Celle de Garage National (aujourd’hui Quincaillerie Pro) et Robert Pépin sur le 2e Avenue. L’incendie du l’Hôtel National en 1978 puis celui de l’Hôtel Continental en 1979 et enfin celui du Manoir Chaudière en 1996.

Il souligne aussi cependant le feu à l’Hôtel du Boulevard, celui d’EnviroBeauce qui avait duré 163 heures et plus récemment celui de Loutec, du Bar Mustang et du Panthéra.

Au niveau Sécurité civile, il rappelle l’inondation spectaculaire de 1986 et celle de 1990. Certains écrasements d’avions, noyades et tentatives. L’action n’a donc pas manqué au cours de toutes ces années.

Bonne retraite
C’est le souhait que nous voulons formuler à Robert. Après avoir beaucoup donné à sa communauté, il faut bien lui souhaiter de se donner à lui aussi un peu d’attention, mais aussi à ses proches. Et que son successeur continue le travail.

Nos photos : Robert Poulin est un homme occupé, mais plus pour longtemps, peut-être…

La caserne est « nickel » et le « chef » voit à ce que tout soir prêt en cas. Et les preuves sont faites que ça vaut le coup d’être prêt.


Imprimer ce texte
| Nous rejoindre |
Copyright © 2006 Eox78 Inc. Tous droits réservés textes et photos