LE QUOTIDIEN DES GENS DE LA BEAUCE 


Grippe A (H1N1)

Nous sommes des humains…pas du bétail

Caccin

Par René d'Anjou
10/30/2009 4:25:35 AM

Nous avons reçu un certain nombre de courriels et d’appels téléphoniques de gens qui s’inquiétaient des directives et des consignes très strictes concernant le calendrier de la distribution des vaccins sur le territoire du CSSS de Beauce alors que les seuls endroits où seront administrés les vaccins seront le centre hospitalier de Saint-Georges et le Centre d’hébergement de Beauceville où se situe aussi le CLSC.

Des Internautes de Saint-Côme, Saint-Théophile, Saint-Éphrem ainsi que de La Guadeloupe se demandaient pourquoi ils devraient aller faire la file à Saint-Georges ou Beauceville plutôt que de pouvoir recevoir le vaccin directement à la clinique médicale ou le CLSC dans leur municipalité ou dans la municipalité voisine.

Ceux et celles qui étaient déjà convaincus de la nécessité de recevoir ce vaccin remettent maintenant en cause leur décision. Pourquoi aller à Beauceville et Saint-Georges faire la file pendant quelques heures inutilement. Certains même nous soulignant qu’un centre hospitalier est déjà un nid à microbes. « On court moins de risque en restant sagement chez soi qu’en allant passer quelques heures à attendre au centre hospitalier».

«Un nid à microbes» est-ce une légende urbaine où une réalité de notre époque? Le docteur François Desbiens, au réseau de Radio-Canada, semblait dire que ce vaccin ne pouvait se donner en clinique privée parce qu’il était fragile et qu’il pouvait facilement perdre de son efficacité. Est-ce là une autre légende urbaine? Remet-on en cause la compétence des médecins travaillant en cliniques privées?

On a de plus en plus l’impression que l’on considère les humains comme du bétail qui n’a rien d’autre à faire que de suivre la file comme les animaux que l’on mène à l’abattoir. nous ne sommes pas des animaux

Les gens bien portant, âgés de 18 à 110 ans et plus, pourront se faire vacciner entre le 24 novembre et le 11 décembre soit à Saint-Georges, dans un milieu microbien ou à Beauceville à la porte du centre d’hébergement où ils pourront toujours trouver refuge s’ils sont trop faibles pour retourner chez eux.

Nous sommes des êtres humains, pas des animaux et quand est-ce que toutes les «Germaine», celles qui gèrent et celles qui mènent, vont se lever le cul de leur chaise pour aller aussi faire la file pendant quelques heures pour se faire vacciner? Pas du tout, voyons dont, c’est déjà fait, entre deux gorgées de café bien chaud en parlant de leurs prochaines vacances dans le sud.

Alors, gageons que dans quelques jours, on va nous faire connaître un nouveau calendrier pour les travailleurs de la construction, les moins vieux, ceux qui ont besoin d’une marchette, les atrophiés de la hanche, les bègues et les manchots.

Brefs, tous les autres, entre 18 et la centaine, en état de faire la queue, devront suivre la consigne. Le ministre Bolduc pourra ensuite obtenir le grade de général en chef des brigades de la discipline et il pourra faire fermer les cliniques médicales privées, les CLSC et tout autre organisme qui ne répond pas à sa vision de l’avenir.

Les seuls qui semblent paniquer, ce sont nos dirigeants et on se demande si ce n’est pas pour détourner notre attention de leur incurie.