Jack Roy est toujours d'attaque

La campagne électorale tirant maintenant à sa fin, le candidat libéral dans le comté de Beauce-Nord, Jack Roy, a souhaité faire un retour sur ses quelques semaines à sillonner la région. Par la même occasion, il tenait à inviter une dernière fois les électeurs à être prudents sur leur choix final, et surtout, à se déplacer aux urnes en grand nombre le jour des élections.

« J’ai rencontré énormément de gens, tous plus intéressants les uns que les autres. Les gens m’inspirent et plus le temps passe, plus j’ai envie de travailler avec ces gens-là. Je souhaite ardemment représenter les Beaucerons après le 4 septembre, afin de participer à la réalisation des multiples projets que l’on m’a présenté », a déclaré Jack Roy, en ajoutant qu'il se sentait encore plein d’énergie pour les derniers milles de la campagne.

Puis, M. Roy a cru bon de rappeler les réalisations de son gouvernement depuis 2003, dont l’Autoroute 73, le programme « Mettez le Québec dans votre assiette! » et la création de 400 000 emplois, et ce, malgré la crise économique. « Chaque fois que les leaders se sont levés, le Parti libéral a écouté et a collaboré », a-t-il indiqué.

Néanmoins, le candidat sait que le travail n'est pas terminé. Or, pendant que le Parti libéral est un gage de fiabilité, Jack Roy craint pour les intentions des autres partis. D'une part, il devine que les Beaucerons ne veulent pas de référendum. D'autre part, il a rappelé que le seul passage de François Legault de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans la région était dans l'unique but de participer à une activité de financement. « Faites attention… », a-t-il lancé, en appuyant que les Beaucerons sont en droit de se demander quel Québec ils veulent après le 4 septembre.

« La vie dans le comté de Beauce-Nord me ressemble: dynamique, pleine d’espoir et de projets. Je souhaite plonger dans cette belle aventure grâce aux Beaucerons et pour eux. Le temps est venu pour moi de travailler pour les gens, et je sais que les Beaucerons prendront la main que je leur tendrai », a conclu Jack Roy.