Dominique Vien attaque dès le début de la campagne électorale

La candidate du Parti libéral du Québec dans Bellechasse et députée sortante, Dominique Vien, a officiellement lancé sa campagne électorale jeudi en début de soirée à Sainte-Claire sous un soleil radieux.

 « Je sollicite un nouveau mandat pour continuer le travail amorcé et pour poursuivre, avec la même efficacité, la collaboration développée au cours des dernières années avec les groupes communautaires, les municipalités, les gens d'affaires et les citoyens », a-t-elle lancé à la quarantaine de personnes présentes pour l'occasion. Elle est passée en mode attaque dès le début dirigeant ses flèches les plus virulentes à l'endroit du candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ), Christian Lévesque, à qui elle reproche de ne pas s'être présenté dans Lévis, circonscription qu'il a représentée en 2007 et 2008 sous les couleurs de l'Action démocratique. Quant au candidat péquiste, Clément Pouliot, elle ne semble pas le voir comme une menace pour le moment.

Elle a réclamé d'entrée de jeu la tenue d'un débat avec ses adversaires caquistes et péquistes dont les enjeux régionaux en seraient les thèmes préférant laisser les enjeux nationaux aux chefs des différents partis politiques et aux médias nationaux. Elle s'est évidemment réjouie que ses adversaires aient reconnu son travail lors de déclarations dans les médias de la région.

Elle a précisé être appuyée par une équipe d'environ 300 bénévoles et mise sur son bilan à titre de députée pour éviter une défaite semblable à celle de 2007 où elle s'était inclinée devant l'adéquiste, Jean Domingue. Elle insistera régulièrement, pendant cette campagne, sur cette défaite précisant avoir reçu plusieurs commentaires négatifs relativement au parachutage d'un candidat de l'extérieur dans le comté.