Des techniciens en maintenance éolienne disponibles

Le Cégep Beauce-Appalaches accueille avec beaucoup de joie l'annonce de la délivrance du certificat d'autorisation gouvernementale nécessaire à l'amorce de construction du parc éolien de Saint-Robert-Bellarmin. Les techniciens en maintenance d'éoliennes que forme présentement le Cégep arriveront en effet sur le marché du travail en juin 2012, quelques semaines seulement avant la livraison des premiers mégawatts d'électricité.

Les dix-huit étudiants inscrits à l’Attestation d’études collégiales (AEC) en maintenance d’éoliennes termineront la partie théorique de leur formation à la mi-juillet. Ils amorceront leur formation pratique le 8 août au Centre québécois de formation en maintenance d’éoliennes (CQFME) du Cégep de la Gaspésie et des îles. Elle se terminera à la fin mai 2012.

Le CQFME détient l’exclusivité de la formation en maintenance d’éoliennes au Québec.  Il est le centre le plus spécialisé au Canada. « C’est pour répondre au besoin en main d’œuvre qualifiée de notre région que nous avons conclu une entente avec le CQFME, mentionnait la coordonnatrice de la Formation continue du Cégep Beauce-Appalaches, Caroline Bouchard, lors du lancement du projet en novembre dernier. Nous aurions pu nous résigner à ne rien faire parce que les règles du ministère de l’Éducation nous empêchaient d’offrir une formation complète ». 

En offrant le tiers de la formation localement, le Cégep Beauce-Appalaches réduit considérablement les dépenses de logement et de déplacement pour les étudiants intéressés. L’intérêt a d’ailleurs dépassé les prévisions les plus optimistes. Une cinquantaine de candidats ont déposé des dossiers afin de combler les dix-huit places disponibles. Trente-trois ont été reçus en entrevue puis soumis à des tests d’aptitudes physiques.

L’entrée sur le marché du travail de nombreux techniciens en maintenance d’éoliennes facilitera le recrutement d’une main d’œuvre qualifiée pour le projet de Saint-Robert-Bellarmin. Les projets du Massif du Sud et du Granit devraient également profiter de cette manne de travailleurs spécialisés.

Les parcs éoliens généreront plus de 400 emplois d’ici 2015 à la grandeur de la province.