avec Google
Utilisateur :
Mot de passe :
En direct sur l'Actualité et les nouvelles de la Beauce Dimanche, 26 Août 2007

 Dernières chroniques 
" vous et votre héritage...tirez profit de votre assurance vie. - 6/6/2007
" pourquoi payer de l'impôt ...sur de l'argent invisible? - 4/7/2007
" vos enfants sont- ils prêts à hériter? - 3/5/2007
" planification de la succession d'une petite entreprise - 2/6/2007
" Je prends la résolution d'atteindre la sécurité financière - 12/11/2006
" l'assurance vie hypothécaire...bien sûr, mais sous quelle forme. - 11/8/2006
" pour atteindre l'indépendence financière, il faut bien planifier. - 9/8/2006
" Une occasion cachée de payer les études des enfants $$$ - 8/8/2006
" Les prêts hypothécaires--lequel vous convient??? - 5/15/2006
" C'est peut-être le patrimoine de vos parents...MAIS SAVEZ-VOUS CE QU'ILS SOUHAITENT EN FAIRE? - 4/6/2006
" Comment profiter des gains et des pertes en capital - 3/16/2006
" Sachez encaisser les chocs financiers - 2/13/2006
" REER 101- payer moins d'impôt et augmentez votre revenu de retraite - 2/13/2006
CHRONIQUE
C'est peut-être le patrimoine de vos parents...MAIS SAVEZ-VOUS CE QU'ILS SOUHAITENT EN FAIRE?
4/6/2006
24 avril 2006

Certains sujets sont difficiles à aborder en famille, et la mort figure certainement parmi les plus délicats. Si vous devenez mal à l'aise à la seule mention de ce mot, dites-vous que vous n'êtes pas seul. Selon un récent sondage*** près de la moitié des Canadiens de plus de 45 ans n'ont jamais parlé avec leurs parents de leurs plans funéraires ou de la possibilité de laisser un héritage à la génération montante de la famille. En outre, trois Canadiens sur quatre n'ont jamais participé à une rencontre avec leurs parents ou avec leurs frères et sœurs pour discuter du testament des parents, même si les enfants doivent très souvent agir comme représentants personnels de leurs parents pour le règlement de leur succession.

Cette réticence est facile à comprendre. Les gens ont tendance à éviter les sujets délicats comme la mort et l'argent jusqu'à ce qu'ils soient obligés d'en parler, la plupart du temps quand leurs parents sont beaucoup plus âgés. Mais loin d'améliorer les choses, le fait de retarder cette communication peut entraîner des regrets, un sentiment d'amertume et une diminution de l'actif successoral.

À l'inverse, le dialogue entre les membres d'une famille est la meilleure façon d'aplanir les difficultés entourant la planification successorale, de réduire les risques d'hostilité liée à l'héritage, d'éviter que s'installe un ressentiment durable et d'élaborer un plan successoral efficace qui réduira le fardeau fiscal.

Suggestions pour amorcer la conversation et conseils de planification

Si vous faites partie des nombreuses personnes qui ont besoin de parler de sujets comme l'argent et la planification successorale, mais qui trouvent difficile de le faire, voici quelques conseils pour faciliter la communication avec vos parents ou votre conjoint :

*Abordez la question de la planification successorale sans y aller de front. Par exemple, vous pourriez dire que vous révisez votre plan financier et que vous aimeriez avoir l'avis des membres de votre famille.
*Assurez-vous d'inclure dans la conversation chacune des personnes touchées par votre plan successoral. Il est essentiel que personne ne se sente exclu.
*Pour que la conversation soit moins émotive et plus constructive, envisagez de faire appel à une personne neutre ayant de l'expérience dans le domaine pour qu'elle agisse à titre de modérateur.
*Avant votre rencontre familiale, assurez-vous d'avoir une idée précise de l'importance de votre succession et de ce que vous désirez léguer :
*Rassemblez tous les documents portant sur votre situation financière.
*Veillez à ce que votre testament soit à jour. Environ la moitié des Canadiens adultes n'ont pas de testament. Pourtant, c'est une pièce essentielle qui peut vous assurer que votre patrimoine sera transmis comme vous le désirez.
*Songez à la personne que vous allez désigner comme représentant personnel (parfois appelé exécuteur ou, au Québec, liquidateur) et qui aura la responsabilité de régler les affaires relatives à votre succession et de distribuer votre actif et vos biens personnels. Soyez prêts à indiquer à votre représentant personnel où se trouvent votre testament, vos autres documents juridiques importants ainsi que vos comptes et vos coffres bancaires.
*Envisagez une procuration perpétuelle et une directive en matière de soins de santé, qui faciliteront l'administration de vos finances et les décisions relatives aux soins médicaux à vous prodiguer si vous deviez être frappé d'incapacité.
*Planifiez dès maintenant vos funérailles – cela réduira le fardeau de votre famille ainsi que les frais engagés. Envisagez de souscrire une police d'assurance vie pour couvrir ces frais.
*Parlez dès maintenant des questions de planification successorale pour éviter les problèmes plus tard. Si vous le désirez, un avocat et un comptable peuvent faire partie de votre équipe de planification successorale. Votre conseiller financier sera toujours un bon choix comme « quart-arrière » de l'équipe. Il pourra s'assurer que les stratégies adoptées conviennent toutes à votre situation particulière.

* Sondage téléphonique fait en 2005 par le Centre de recherche Décima pour le compte du Groupe Investors

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc., contient des renseignements de nature générale seulement; son but n'est pas d'inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement ni de fournir des conseils financiers, juridiques, comptables ou fiscaux ou d'autres conseils de nature professionnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet ou sur toute autre question financière ou de placement, veuillez communiquer avec votre conseiller du Groupe Investors.
| Nous rejoindre |
Copyright © 2006 Eox78 Inc. Tous droits réservés textes et photos