Édition Beauce - L'actualité et les nouvelles de la Beauce
ACCUEIL
 ACTUALITÉ RÉGIONALE 
Aujourd'hui     |     Actualités régionales     |     Affaires     |     Culture     |     Faits divers     |     Sports     |     Nouvelles de la semaine     |     archives

Budget Ville de Saint-Georges

Taxes stables pour 75% des contribuables

Budget de Saint-Georges
Photo: Paul-André Parent

Les hauts fonctionnaires de la finance, le directeur général de la ville et le maire Carette ont présenté le budget 2009 aux média lundi.

Par Paul-André Parent
12/16/2008 12:54:04 AM

Le conseil de Ville de Saint-Georges, par la voix du maire, avait annoncé un budget serré et très prudent. Cet exercice financier, avait-on prévenu, tiendrait compte de la crise économique et ménagerait, dans toute la mesure du possible, les capacités de payer des contribuables.

Le budget présenté lundi soir en séance spéciale du conseil tient donc parole. Le secteur centre urbain de la ville qui compte 75% des contribuables ne subira pas de hausse des taxes globales, et certains hériteront même de légères diminutions dûes à l’uniformisation des taxes linéaires.

Les hausses affecteront le secteur Aubert-Gallion, paroisse Saint-Georges et Saint-Jean-de-la-Lande. Dans le cas d’Aubert-Gallion, on parle de hausse moyenne de 1,9%, de Saint-Georges paroisse de 7,3% et de Saint-Jean de 17% en territoire desservi et de 7% en territoire non desservi.

Le budget ne prévoit emprunter aucune somme supérieure aux remises en capital des anciennes dettes, respectant ainsi un autre engagement du conseil. Le budget triennal d’immobilisation, pour 2009, ne prévoit donc que le minimum de travaux et d’investissements, soit un total de 17,3 M$, en baisse de plus de 45% par rapport à 2008. Pour 2010, ce budget est cependant plus expansif, mais pourra être revu l’an prochain.

Au niveau des investissements, le conseil s’est gardé une porte de sortie, soit la possibilité d’accepter les projets à la pièce en cours d’année. Comme il est possible que les gouvernements, la ville se sent souvent délaissée par eux depuis un certain temps, devait préciser le maire Carette, décident d’accélérer les programmes pour lutter contre la récession, certains projets majeurs et urgents pourraient être devancés et la ville aurait alors le loisir d’y investir.

Les industriels et hommes d’affaires seront heureux d’apprendre que la ville a choisi de ne pas aggraver les problèmes qui sont déjà leurs dans plusieurs cas. La taxe d’affaires demeure donc inchangée à 4,10 $. La ville veut ainsi faire sa part dans la lutte à la récession, tout comme elle veut le faire avec les contribuables individuels.

Pour donner quelques chiffres de ce budget, signalons que l’évaluation de la ville est de 1 677 772 630 $ en croissance de 4%. Le secteur résidentiel paie 70,4% de la note des taxes, les industries 5,7%, le secteur commerce et services contribue à 18% et le secteur agricole et forestier représente 2,7%.

Les dépenses de la ville sont de 34,7 M$ en 2008 et elles passeront à 36,4 M$ en 2009, en croissance de 4,76%. La masse salariale représente 13 M$, le service de la dette y est pour 5,2 M$, les quotes-parts pour 2,4 M$, les immobilisations pour 2 M$ et le reste est de 13,8 M$.

Pour financer les immobilisations prévues, on devra emprunter 5,7 M$ alors que le reste viendra de subventions, de promoteurs, de fonds réservés et surplus. Les grands morceaux de ces immobilisations concernent d’abord les prolongements de services avec 3,9 M$. L’amélioration d’équipements sportifs suit avec 2,5 M$ et la réfection des immeubles avec 2,3 M$. Toute une liste de projets importants, mais de moins grande envergure, vient compléter le programme.

Le maire Carette, lors de la présentation aux média, a commenté quelque peu ce budget. Il a rappelé que la Beauce, particulièrement la région de Saint-Georges, est une victime de la crise en raison du fait qu’il n’y a pas chez nous de mines, de pétrole, de matières premières, sauf un peu de bois…

Heureusement, devait dire le maire, on a bien travaillé au niveau régional et l’industrie réussit à maintenir le cap et à limiter les pertes d’emploi. Il déplore cependant le fait que certains entretiennent des faussetés sur la région, laissant entendre qu’on manque de main-d’œuvre qualifiée, de ressources, de qualité de vie. La région, selon M. Carette, commence à en subir les répercussions au niveau des investisseurs.

Si à Saint-Georges, contrairement à nos dirigeants de Québec et d’Ottawa, la récession a commencé il y a déjà plus d’un an, on n’a pas pour autant obtenu une oreille attentive de « ces deux parents ». Une région de travailleurs plutôt pauvre comme la Beauce doit se gratter pour survivre alors qu’on trouve beaucoup de sous pour des industries où les travailleurs gagnent des salaires de riches. Le maire fait donc le constat et dit que la région se sent abandonnée par Ottawa et Québec.

Imprimer ce texte
Denis Sylvain

Un cadeau de Noël à la population

Un méga parc écologique, récréotouristique et culturel

C’est avec beaucoup de fierté que le directeur général du CLD de ...
RBC Fondation du CHBE

Pour la Fondation du Centre hospitalier Beauce-Etchemin

Don de la RBC

M. Mario Darisse, Mme Sonya Cliche, M. Doric De Blois et Mme ...
Coop santé

Coopérative de santé Robert-Cliche

Des cadeaux pour les membres

Les membres de la Coopérative de santé Robert-Cliche bénéficieront ...
Budget de Saint-Georges

Budget Ville de Saint-Georges

Taxes stables pour 75% des contribuables

Le conseil de Ville de Saint-Georges, par la voix du maire, avait ...
AUSSI DANS L'ACTUALITÉ

Des augmentations qui peuvent surprendre

Légère augmentation du compte de taxes

Ça bouge à Sainte-Sabine

Une anesthésiste comme présidente d’honneur

Actualité  |  Commentaires  |  Archives  |  Avis de décès  |  Emplois  |  Calendrier  |  Recettes  |  Loterie  |  Horoscope  |  Sudoku

ÉditionBeauce en page d'accueil | Mobile | Annoncez sur ÉditionBeauce.com | Nous rejoindre
Copyright © 2008 Eox78 Inc. Tous droits réservés textes et photos