Édition Beauce - L'actualité et les nouvelles de la Beauce
ACCUEIL
 EDITORIAL 
Aujourd'hui     |     Actualités régionales     |     Affaires     |     Culture     |     Faits divers     |     Sports     |     Nouvelles de la semaine     |     archives

Quand la méfiance s’installe

Harper sème la zizanie

Harper et le Québec
Photo: Alain Caron

La crédibilité de Stephen Harper est mise à rude épreuve à la suite de son comportement à l'endroit des élus du Québec qui ne sont pas conservateurs.

Par René d'Anjou
12/8/2008 2:15:21 AM

À peine élu, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a tout fait pour briser le lien de confiance et l’harmonie, du moins en apparence, qui régnait d’un océan à l’autre malgré entre les deux peuples fondateurs du Canada.

Bien entendu, si on se met dans la peau d’un «Westerners», des Prairies, c’est sans doute frustrant, pour les Conservateurs, de n’obtenir que 10 sièges au Québec avec 784 500 votes alors qu’en Alberta avec 820 800, le même parti a fait élire 27 députés, ne laissant qu’un seul siège au Nouveau parti démocratique.

Démocratiquement minoritaire pour l’ensemble du pays, Monsieur Harper verse aujourd’hui sa hargne sur le Québec en osant prétendre, dans son discours que «Au lieu d’un budget, l’opposition propose une nouvelle coalition qui inclut le parti au Parlement dont le but avoué est de briser le pays. Je vais être très clair sur ce point : notre gouvernement du Canada ne peut pas former une coalition en partageant le pouvoir avec un parti souverainiste», dans la traduction officielle du bureau du premier ministre, cette phrase devient donc, en anglais Instead of an immediate budget, they propose a new coalition which includes the party in Parliament whose avowed goal is to break up the country. Let me be very clear: Canada’s Government cannot enter into a power-sharing coalition with a separatist party. .

Il est vrai que les Québécois ont choisi, par une très grande majorité, de se faire représenter à la Chambre des communes par 50 députés du Bloc québécois sur ses députés. Ce sont près de 1 380 000 Québécois qui ont accordé leur confiance au parti de Gilles Duceppe comparativement à 785 000 Québécois qui ont opté pour le Parti conservateur.

Dans le but de punir les Canadiens qui n’ont pas accordé leur confiance à son parti, qui est issu de l’ex-Alliance réformiste, le Parti conservateur, dirigé maintenant par Stephen Harper avait pris la décision de couper les budgets de tous les partis politiques à Ottawa, non seulement le Bloc québécois, mais aussi aux députés du Nouveau parti démocratique et à ceux du Parti libéral du Canada.

C’est sous la gouverne Jean Chrétien, que le gouvernement fédéral avait pris la sage décision d’octroyer à tous les partis politiques ayant obtenu au moins 10% des votes, un montant de 1,95$ par électeurs. Le gouvernement fédéral s’était ainsi inspiré de la Loi québécoise dans le but de favoriser la démocratie. Mais, pour punir les autres partis politiques, le gouvernement de Stephen Harper avait décidé d’abolir les subventions à ses adversaires, c’est là un moyen expéditif et pas tellement démocratique, de s’assurer de régner en maître sur le Parlement canadien en passant, par exemple, les Lois qui font l’affaire des gens de l’Ouest, mais pas ceux du Québec : le port d’armes à feu, les jeunes contrevenants, l’aide déguisée aux pétrolières, la protection de l’environnement; bref, des sujets qui préoccupent le Québec, mais pour lesquels les électeurs de l’Ouest canadien n’ont pas les mêmes préoccupations.

Selon certaines recherches, on découvre qu’au cours des dernières années, le Parti conservateur a pu recueillir plus d’argent que tous les autres partis politiques au niveau fédéral. On parle de plus de 14 millions de dollars comparativement à 3,5 millions de dollars pour le Parti libéral du Canada. Bien entendu, il est plus facile de solliciter de l’argent lorsque l’on est au pouvoir que dans l’opposition. Avec des coffres aussi bien garnis, il est tentant de chercher à affaiblir ses adversaires.

Le comportement de Stephen Harper n’est pas digne d’un premier ministre. Lui qui accuse les trois partis de l’opposition de faire fi de la démocratie, n’est guère mieux en faisant abroger la Chambre des communes pour mieux fuir ses propres responsabilités.

M. Jean Charest a eu raison de faire appel au Canada anglais de se calmer en se portant même à la défense du Bloc québécois, car un député du Bloc vaut autant qu’un député d’un autre parti politique. Si M. Harper veut semer la chicane, il va plutôt frapper un noeud, car les Québécois savent se tenir et sont capables de faire front commun.

Depuis 2007, M. Harper se conduit comme si son parti était majoritaire à Ottawa alors que seulement 37,4% des Canadiens ont voté pour son parti lors de l’élection d’octobre dernier. Plus de 60% des autres Canadiens, incluant, les Québécois qui ont voté pour le Bloc québécois, ont donné leurs votes pour les autres partis.

Donc, si M. Harper a voulu piéger les partis d’opposition et pourfendre les Québécois, il peut aller se rasseoir, car nous ne mangeons pas de son pain rassis et il risque d’avoir une drôle de surprise lors de la prochaine élection.

Il ne faut pas que M. Harper oublie que la coalition des trois partis d’opposition est sûrement plus représentative de l’ensemble du Canada que le Parti conservateur peut l’être car cette coalition représente vraiment, à la fois, la diversité et la dualité des habitants du Canada.

Imprimer ce texte
Harper et le Québec

Quand la méfiance s’installe

Harper sème la zizanie

À peine élu, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a tout ...
Obésité

L’Halloween n’est pas un congé pédagogique

Les enfants vont à l’école pour apprendre

Nous approuvons et appuyons la Commission scolaire qui a émis un ...
La blonde incendiaire

Une Julie vaut-elle une Yvette

En chaque homme dort une femme, parfois amoureuse, parfois ...

À quelques jours des Journées de la Culture

La culture fait partie intégrante du développement économique d’un peuple

À compter de vendredi, à travers le Québec, on soulignera les ...
AUSSI DANS L'ACTUALITÉ

La laideur qui saute aux yeux

Le vaudeville à Jean-Guy

Pauline Vachon une femme de coeur

Maxime Bernier donne un grand coup

Actualité  |  Commentaires  |  Archives  |  Avis de décès  |  Emplois  |  Calendrier  |  Recettes  |  Loterie  |  Horoscope  |  Sudoku

ÉditionBeauce en page d'accueil | Mobile | Annoncez sur ÉditionBeauce.com | Nous rejoindre
Copyright © 2008 Eox78 Inc. Tous droits réservés textes et photos